J'ai Lu

  • Méfiez-vous des morts

    Boston Teran

    • J'ai lu
    • 1 Novembre 2004


    Lorsque Sully, simple shérif d'un comté de Los Angeles, se laisse entraîner dans le désert par Shay Storey, une gamine de 13 ans, pour lui venir en aide, il ne se doute pas qu'il a rendez-vous avec la mort. La mère, Dee Storey, tueuse professionnelle, les y attend de pied ferme. Le meurtre accompli, elles enterrent leur victime.
    S'il a miraculeusement survécu, Sully n'est pas pour autant sorti d'affaire. Victime d'un complot ourdi avec la complicité de ses collègues, meurtri dans sa chair et dans son âme, il ne lui reste qu'une solution: disparaître.
    Onze ans plus tard, les révélations d'un journaliste le décident à revenir sur les lieux du drame. Pas tant pour se venger que pour retrouver sa dignité, quel que soit le prix à payer.


  • Mauvaise graine

    Danielle Thiery

    Madeleine, vieille fille quinquagénaire, erre sans but entre son travail monotone à la Sécu et sa solitude, attendant que la vie passe. Lorsqu'elle rencontre Mathieu, tout change. Le jeune garçon au regard glaçant, mû par une quête insensée d'amour maternel, la poursuit et la hante.
    À la fois effrayée et fascinée, Madeleine se laisse prendre au jeu d'une filiation ambiguë.
    Mais la mort et la folie rôdent: un psychopathe tueur de vieilles dames sévit dans l'Est parisien. L'enquête confiée à l'équipe du commandant Valentin piétine, faute d'indices...

  • Étranges, ces lettres anonymes que reçoit Adamsberg. Et tout aussi singulière, l'assiduité dont fait preuve le vieux Vasco à siéger sur ce banc juste en face du commissariat ! L'importun vieillard aux poches remplies d'objets insolites et au portemanteau incongru attise l'exaspération du lieutenant Danglard. Mais, pour le commissaire Adamsberg, dont le flair nonchalant confine au génie, l'affaire n'est pas si anodine. Fred Vargas signe ici deux nouvelles policières où l'on retrouve avec plaisir les personnages décalés, les rencontres déroutantes et le ton si subtilement décontracté qui ont fait son succès.

  • Nouvelle énigme, des plus effroyables, pour le lieutenant Dallas : Lyle Pickering, dont la soeur s'apprête à travailler pour la société de Connors, est retrouvé mort chez lui. Eve découvre rapidement que l'overdose de cet ex-membre de gang n'est qu'une mise en scène: il a bel et bien été assassiné ! Son enquête la mène à dénouer, lentement mais sûrement, les connexions et les secrets qui relient des chefs de réseaux, un avocat véreux, une strip-teaseuse, une policière des Stups, une prostituée toxicomane et les tueurs eux-mêmes...

  • «Soudain, dans le vacarme de la tempête éclata le cri perçant et sauvage d'une femme terrifiée.
    Je sus que c'était la voix de ma soeur [...].Pendant que je courais dans le corridor, [sa] porte s'ouvrit et tourna lentement sur ses gonds [...] Je [la] vis paraître dans l'ouverture, le visage blanc de terreur, les mains à tâtons cherchant du secours [...] Elle se tordait comme quelqu'un qui souffre terriblement et ses membres étaient affreusement convulsés [...] elle cria soudain d'une voix que je n'oublierai jamais : "Ô mon Dieu ! Hélène ! C'était la bande ! La bande mouchetée !"».Sherlock Holmes parviendra-t-il à percer ce mystère effrayant ? Élémentaire, mon cher Watson...Escorté de son fidèle collaborateur, le célèbre détective mène également l'enquête dans «L'Association des Hommes roux», «L'Escarboucle bleue», et «Les Cinq Pépins d'orange».

  • VIVRE FATIGUE

    Jean-Claude Izzo

    • J'ai lu
    • 25 Juin 2001

    Scène de rupture, drame du racisme... Six faits divers pour six nouvelles aux allures de tragédie antique.

  • Cette quinzaine de nouvelles policières permettent de retrouver Sherlock Holmes et son acolyte le docteur Watson.

  • Étrange sarabande! Sur les volets du manoir de Riding Thorpe, sur la porte de la cabane du jardin, de curieux dessins surgissent au matin. Absurde suite de bonshommes, levant leurs bras ou leurs jambes... Leur apparition coïncide avec celle des premiers troubles nerveux d'Elsie, la maîtresse de maison. Hilton, son époux, a de bonnes raisons de s'inquiéter. Et de réclamer l'assistance de Sherlock Holmes. Le célèbre détective n'est-il pas l'auteur d'une étude répertoriant quelque cent soixante alphabets secretsoe Celui-ci pourtant lui est inconnu. Le tout est de trouver la première clef... puis d'agir sans perdre un instant! Holmes aura-t-il le temps de déjouer la terrible menace contenue dans le dernier message des hommes dansants?

  • Tete de negre

    Daniel Picouly

    • J'ai lu
    • 1 Novembre 2004


    Paris, septembre 1792. Un aristocrate mulâtre aux yeux bleus est guillotiné. Sa tête est aussitôt volée. Pour la retrouver, son père recrute deux spécialistes : Ed Cercueil et Fossoyeur Jones.


  • Le polar est un genre à part ; énigmatique pour les néophytes, il sert pourtant très souvent d'étrier littéraire aux jeunes lecteurs désireux d'ouvrir un livre. Mais quels sont les héritiers d'Arsène Lupin, de Sherlock Holmes ou de Fantômes ? Du Mystère de la chambre jaune à la trilogie de Millénium, Hélène Amalric vous présente cent titres incontournables pour vous aider à choisir entre roman noir, thriller, suspense ou énigme. Pénétrez ce livre comme vous entrez dans une librairie, voici cent coups de coeur ; laissez-vous tenter maintenant ou plus tard, prenez le temps de choisir et enfin, de lire... La seule bibliothèque idéale, c'est la vôtre !

  • «Il regarde la page de journal recomposée et allume le transistor qu'il a dérobé à Evelyne et à Robert, depuis six mois. En six mois de transistor, il a compris qu'il existait autre chose que cet endroit suintant, il a découvert le mot "famille", il a réalisé qu'il n'avait rien à faire dans le cellier, que ses gueux le traitaient comme un chien.
    Avant ? Avant, il leur trouvait de bonnes raisons. Il pensait : "C'est ma faute, je suis méchant." Avant, il possédait moins de vocabulaire ; le transistor n'était pas entré dans son quotidien animal pour lui ouvrir les portes du monde extérieur. Avant, il ne bronchait pas, il ignorait le sens du mot révolte.»

  • Andrea H. Japp Toxicologue, expert auprès de la Nasa et de diverses grandes entreprises, Andrea H. Japp est la véritable révélation du polar féminin de ces dernières années.
    Quatre heures du matin ! Ann se réveille en sursaut. Des sanglots l'étouffent... L'image de Clara Saragan s'impose jusque dans ses rêves... Jeune femme enceinte de sept mois. Abattue de deux balles dans la nuque. Elle finissait de boucler un reportage dont elle n'avait rien confié à son entourage.
    Pourquoi cette obsession ? Et pourquoi Ann s'occuperait-elle de ce meurtre ? Elle n'est pas flic. Pas même une amie de Clara. Elle est une femme en état de choc. Son mari et son fils viennent de mourir dans un accident de voiture. Elle était au volant...
    Depuis ce jour, Ann est hantée par l'image de Clara. Comme s'il y avait une urgence à savoir... Une urgence à agir...


  • Réunit quatre nouvelles noires d'auteurs français qui se déroulent dans une grande ville du monde : Naples, Hambourg, Ostende, etc.


  • C'est un enquêteur libre, curieux, indépendant. Partant de ces faits divers qui expriment les maladies de notre monde, il explore les failles et les désordres du quotidien.
    Ce n'est ni un vengeur ni le représentant d'une morale, c'est surtout un témoin.
    Un chauffeur de taxi tue une maîtresse de maison et un randonneur.
    Tout le monde croit à l'accident. Mais le coupable revendique haut et fort les deux crimes, prémédités et commandités par un homme au pouvoir de persuasion dévastateur, Roger Lomm.
    Il n'en fallait pas davantage pour attirer l'attention du Poulpe. Direction Majorque, où Roger Lomm a réussi à convaincre un riche millionnaire d'abandonner les recherches pour retrouver sa fille disparue...
    Le Poulpe saura-t-il éviter les pièges et les manipulations dont il fera si souvent l'objet ? Ne se laissera-t-il pas lui aussi séduire par le pouvoir des mots ? Heureusement que cette fois Cheryl l'accompagne...

  • C'est un enquêteur libre, curieux, indépendant. Partant de ces faits divers qui expriment les maladies de notre monde, il explore les failles et les désordres du quotidien. Ce n'est ni un vengeur ni le représentant d'une morale, c'est surtout un témoin.
    Le salon du jouet commence mal : un employé est tué lors du vol de deux semi-remorques de poupées de la célèbre marque Ravie. Gabriel, dit le Poulpe, et Cheryl se lancent dans l'enquête. Ils découvrent rapidement que les poupées Ravie, archétypes de la femme-objet, ont beaucoup d'ennemis. Les Ecarlates, par exemple, un groupe punk des années 1980 qui vomit ce «symbole de l'impérialisme américain à l'usage des petites filles». Certains, en revanche, les adorent... Henri-Georges, fétichiste, les collectionne et les habille d'une drôle de façon. Et si Cheryl se retrouve en accoutrement de Ravie, c'est pour mieux sauver son Gabriel qui a passé l'âge de jouer à la poupée...

  • Le Poulpe Vomi soit qui malle y pense C'est un enquêteur libre, curieux, indépendant. Partant de ces faits divers qui expriment les maladies de notre monde, il explore les failles et les désordres du quotidien.
    Ce n'est ni un vengeur ni le représentant d'une morale, c'est surtout un témoin.
    Gabriel Lecouvreur, alias le Poulpe, est assurément très perspicace : la lecture d'une notule relatant l'assassinat d'un certain Michel Gourlaouen, dans les pages « faits divers » de Ouest France, éveille immédiatement sa curiosité. Quoi de plus farfelu que d'être tué au lieu-dit de Kermaria, au volant de sa voiturette électrique par un tir d'arme lourde non identifiée ?
    Voilà donc notre Poulpe en route pour la Bretagne bretonnante du Sud Finistère, direction la petite bourgade de Pont-Croix. Il tombe nez à nez avec Pierrette Le Louarn, sexagénaire aux rites étrange qui semble intriguée par ses investigations, tandis que les Gourlaouen ne lui réservent pas un bon accueil. Il faut dire que les habitants de cette contrée sont un peu encombrés par la présence du Poulpe et agacés par sa ténacité à vouloir percer le mystère, qui, étonnamment, ne dérange personne...

  • Le Poulpe C'est un enquêteur libre, curieux, indépendant. Partant de ces faits divers qui expriment les maladies de notre monde, il explore les failles et les désordres du quotidien. Ce n'est ni un vengeur ni le représentant d'une morale, c'est surtout un témoin.
    Un homme est fragile. Or, le Poulpe est un homme. Le macho chameau moche, éméché à la Chimay, en chie, chôme et chiale...
    Facile de fourrer son nez dans les affaires des autres ! Mais se retrouver le nez dans le caca parce qu'on a laissé mourir un ancien pote devenu SDF, c'est intolérable ! Le Poulpe endosse les habits du clodo défunt et va voir au Maroc ce que cache d'incommunicabilité une agence de communication.
    Sniff, sniff... Notre héros n'arrête pas de se lamenter sur sa vie de privilégié. Dans le confort, les cons sont forts, pense-t-il. Et voilà qu'il n'a plus envie d'être héroïque : heureusement, il y a Cheryl, dont l'oreille est hardie...

  • Que se passe-t-il quand on largue Isaac Sidel, "un commissaire babtou, un youpin avec un ver solitaire dans la panse" ou du moins un petit bonhomme qui se prend pour lui, devant la tombe de Marcel Proust au Père-Lachaise ?
    On le retrouve avec un livre entre les mains, affirmant obstinément :
    "Je suis le père de toute une smala, les Malaussène, mais en particulier d'un fils. Le Petit." Dans ce récit débridé, Jerome Charyn, le plus célèbre des écrivains du Bronx, auteur de Poisson-Chat, Marilyn, la dingue ou Isaac le Mystérieux, est entré comme par effraction dans le monde du plus célèbre des écrivains de Belleville, Daniel Pennac : le cocktail est explosif !

  • Sur le thème de la famille. Traite de haines cachées, de l'hypocrisie refoulée et de fantasmes dynastiques.

empty