Edilivre-aparis

  • Le Banc

    Pierre Yborra

    Un homme, maintenant disparu, n'eut au cours de sa vie qu'un seul confident, un ami plus jeune que lui de vingt ans qui lui prêtait son oreille. C'est assis près de lui, sur un banc, devant un court de tennis, où ils se retrouvaient souvent, que notre personnage à énigmes va se raconter par bribes. Sa trajectoire pourrait être banale. Pourtant, très vite, nous sommes pris dans un suspens qui entoure la vie de cet homme singulier et fidèle à lui-même. Qui fût-il ? Un irréductible solitaire, un misanthrope, un séducteur... Un homme sûrement blessé dans son enfance qui se retranche dans sa seule passion dévorante, le tennis. Son existence s'articulera autour de ce sport et de ces clubs aux décors sulfureux et élitistes de l'époque. Grâce à ce sport et aux personnes féminines qu'il côtoie, toutes les portes sociales s'ouvrent à lui avec une facilité déconcertante. L'auteur nous promène d'une plume allègre, dans l'Algérie des années 40, dans le débarquement de l'armée d'Afrique en Provence. C'est dans le Maroc superbe et mondain des années 50 mais en pleine mutation que nait sa baraka infernale. Elle le suivra très longtemps jusque dans la Mère Patrie, jusqu'à ce que les lois du temps qui passe aient raison de notre héros.

  • Après nous avoir fait découvrir l'Algérie de son enfance dans son premier livre, Le pain de mon père, l'auteur nous emmène pour une suite rocambolesque dans sa découverte de la France métropolitaine, le service militaire, les premiers émois et conquêtes amoureuses, puis l'intégration en Vendée où il se fixe.
    Dans une sorte « d'éducation sentimentale » où le rire est privilégié, on suit sa vie au gré des personnages et des anecdotes sans jamais s'ennuyer, grâce à un langage imagé et des portraits ciselés à l'humour, à la gaîté permanente, à la tendresse ; interminable fresque colorée d'une vie pleine, dense, impatiente, jonchée d'impromptus hilarants.
    Il capte et il filme au plus près, avec son regard amusé et malicieux, parce que la première leçon du Pain Perdu est avant tout une leçon de vie dans ce qu'elle a de plus précieux : la générosité.

  • Jacques Mandrier membres des forces spéciales, est un homme comblé : une femme qui l'aime, un fils dont il est fier et un métier passionnant qu'il adore sans oublier des amis sincères. Pourtant, après 20 ans au sein des commandos marine, il arrive à un carrefour de sa vie professionnelle où il va devoir poser des choix afin d'être plus présent auprès des siens. Mais le destin va en décider autrement et c'est un combat auquel il ne s'attend pas qu'il devra livrer. De Paris à Bagdad, en passant par Riyad, il lui faudra à nouveau comprendre, s'adapter puis riposter et dominer pour retrouver le bonheur dont on l'a privé.
    Ses convictions d'homme l'aideront à toujours y croire…

  • Pour devenir grand, il faut cesser d'être petit. Mais petit, ce gamin veut le rester, pour aller loin, longtemps. Et se promener, dans la main d'un grand, au milieu de la nature, des choses et des gens.
    Ce livre nous emmène dans ce voyage à la fois surréaliste et léger au cours duquel ne manquent pas les questions que nous nous posons tous quand vient l'envie ou le besoin, de comprendre et de grandir.

  • Le rêve d'une vie fantasmagorique peut nous empêcher de profiter des simples plaisirs qui se présentent à nous. Nous avons la plupart du temps du mal à nous accommoder de ce que nous obtenons. Nous désirons ce qui n'est pas mais pourrait être. Or, le désir de la plénitude contrarie souvent le bien-être que la nature nous présage. Soyons pragmatiques. L'existence ne sera jamais exempte de toute épreuve, de déchirements, de douleur, de mélancolie. C'est ce qui nous donne du courage et, par la force des choses, intensifie nos moments d'allégresse et nos instants de gaieté. Pour que la satisfaction redouble en nous, elle doit résister aux assauts de l'extérieur. Apprendre à estimer la vie, c'est accepter qu'elle ne peut être parfaite à toute heure. Pour Jasp, il sera peut-être trop tard...

  • « J´ai quatre ans ou presque en 1962, mais le temps n´existe pas. Le battement d´un coeur au loin, une pulsation sourde qui enfle, se dilate à mesure qu´approche le souffle d´un animal gigantesque. Son martèlement emplit l´espace, ma poitrine palpite au diapason du monstre que je cherche du regard à l´horizon.
    Un cadavre ensanglanté tombé du ciel à mes pieds est mon premier souvenir conscient. » Rachid a dix ans lorsqu´il quitte l´Algérie. La douleur du déracinement et la peur de l´inconnu révèlent l´enfant rebelle. L´artiste, d´incompréhensions en apprentissages, explorera les chemins de la liberté où le lecteur l'accompagne, jusqu'aux coulisses du concert touche pas à mon pote en juin 1985.

  • A bord de l?avion qui la ramène à l'île de La Réunion, Brigitte s'occupe l'esprit pour tenter d'oublier sa phobie de l'avion. Elle revisite ses mésaventures et celles de ses amies avec les hommes.
    Portraits de femmes, la cinquantaine resplendissante, divorcées, indépendantes, hyperactives, confrontées à la solitude. Femmes « c?urs d?artichaut » qui ne désespèrent pas de rencontrer l?amour. Une quête effrénée du bonheur passe par le cabinet matrimonial de Daniella, les petites annonces, le Net, tous ces moyens modernes mis au service des c?urs les plus démunis.

  • Petites douceurs acidulées , est le résultat d'une analyse personnelle concernant les dérives sociétaires dont l'auteur, Frédéric Dhuême, a été victime. Les mettant en exergue, il souhaite ainsi débattre sur le fond maussade d'une société qui part en vrille et faire partager avec ses lecteurs son point de vue concernant les puissants.

  • Sur fonds d´idéaux révolutionnaires, passion pour la musique de Wagner et exaltation dans le vide, le narrateur et son meilleur pote, un certain Moïse Chant-d´Amour, traînent des jours sympathiquement désoeuvrés. Un jour Moïse Chant-d´Amour annonce qu´il

  • « Je ne peux pas dire, quand je suis arrivé en ce mois de Février 1942, le deux pour être précis : s'il faisait beau, s'il pleuvait, neigeait, tombait des hallebardes. Je ne me suis pas renseigné sur le climat de ce jour. Je sais, par contre, que c'était le jour de la Chandeleur : la fête des crêpes. Je sais aussi que ma mère a perdu ses "eaux" à 17 heures, derrière son comptoir, au milieu des corbeilles de pain.

    Il a fallu faire fissa et je n'ai pas fait de "résistance" pour me pointer. J'avais envie de collaborer. Il paraît que j'étais pressé de dégringoler. Ça doit venir de ce jour, j'ai passé ma vie à être pressé. Vous me direz, il y a pire que moi : certains n'ont pas attendu les neuf mois, d'autres sont arrivés : pas finis. Dans mon cas, il n'en fut pas ainsi. (...) J'étais sensé arriver dans le baluchon d'une cigogne. En ces temps lointains, il fallait être précautionneux, les cigognes ne voulaient pas être vues par les autres enfants. » Aquarelle de Jean-Claude Fauché

  • « Depuis la découverte du feu et de sa maîtrise, l'homo sapiens a évolué vers l'homo potens, l'homme puissant, celui qui est maître et possède toutes choses.
    Sa lutte infernale pour obtenir le pouvoir est restée inerte depuis des siècles et les scientifiques ont préféré ignorer cette part d'évolution. Darwin était sans doute loin d'imaginer que son primate aurait tant d'oppositions intrinsèques. ».
    Un narrateur hors du commun va nous transporter dans la vie de Jacques Simon, un homme d'affaires mondain participant à un jeu de téléréalité dont le but est de changer de profession contre la vie d'un de ses ouvriers dans l'intention de démontrer qu'il sait s'adapter et rattraper leur confiance.
    Jacques Simon va alors rencontrer des personnes qui par leur regard sur le monde moderne vont à tout jamais changer sa propre vision du monde.

  • Slimane a 15 ans, il vit dans la rue avec Marco, 31 ans, et Laura, 11 ans. Ensemble, ils forment une famille et survivent comme ils peuvent.
    Cependant, le regard des gens, la solitude et la vie dans la rue obligent les trois SDF à changer, à partir...

    C'est la vie de Slimane, il raconte l'histoire de Marco, qui doit cesser de subir l'injustice et l'ignorance du système sans rien faire.
    Il finit par comprendre que la rue ne peut accueillir une fillette de 11 ans sourde et muette. Il va devoir lui trouver un lieu sûr, afin qu'elle construise son avenir, loin du froid et de la faim.
    Slimane, quant à lui, n'a qu'un seul rêve : aller en Arménie pour tenter de retrouver Malik, son frère.

  • Bella

    Janine Gerson

    Ce livre retrace l'histoire d'une famille de la communauté juive grecque, qui a choisi d'émigrer à Paris par amour de la culture française.

  • Partir et Rester, Vouloir et Pouvoir, tels sont les thèmes abordés dans ce roman inspiré de faits réels survenus quelque part en Afrique.
    Daniel, logisticien marseillais, farfelu au grand coeur, raconte l'histoire de Julien Bonnaux. Ce dernier est médecin responsable d'une mission qu'il coordonne de son mieux. Au fil des événements dramatiques qu'il vivra, il verra ses idéaux mis à mal.
    L'humanitaire est ici abordé sous une autre facette. Rien n'y manque : action, émotion, intrigue amoureuse.

  • Né dans un jardin de France, le Perce-Gourou, petit personnage sympathique né de l'imagination de l'auteur, décide de partir visiter le monde et rencontrer des amis qui partageront avec lui des « secrets de vie ». Au cours de ce long voyage initiatique, le Perce-Gourou va trouver sur son chemin des compagnons extraordinaires qui lui parleront de nombreux sujets essentiels auxquels la plupart des êtres humains sont confrontés durant leur vie : les relations avec les autres, la confiance en soi, l'acceptation de soi et des autres, la tolérance, l'éducation, la différence entre l'être et l'avoir, les émotions, l'importance du moment présent… Ce livre traite de sujets éternels d'une manière humoristique, décalée, distrayante et instructive. Dans notre monde où les repères peuvent se perdre, il pose des questions fondamentales et donne des pistes de réflexion de manière ludique. Extrêmement facile à lire, ce livre s'adresse à tous les publics, des adolescents aux séniors. Il emmène le lecteur dans le monde des voyages et des rêves, mais des voyages que l'on peut entreprendre et des rêves que l'on peut réaliser, à tout âge. Si vous le choisissez, le Perce-Gourou deviendra votre compagnon de route et vous aidera à vivre la vie de manière positive.

  • Quelques jours après avoir mis au monde son deuxième enfant, Nathalie est hospitalisée. Elle qui pensait profiter pleinement du bonheur suscité par cette naissance, se retrouve cloîtrée dans une chambre : le temps s?arrête, sa vie aussi. Vont alors défiler tour à tour médecins quelque peu désinvoltes ou impudents, infirmières zélées, proches et amis plus ou moins sincères. Ces visites, qu?elles soient de courtoisie ou médicales, offrent à chacun l?occasion de jouer un rôle mais aussi de réfléchir sur soi : les points de vue se croisent et ne se ressemblent pas toujours? La rencontre décisive entre Nathalie et une vieille dame convaincra la jeune femme de quitter ce hors-temps, de se replonger dans la vie, la vraie, celle de l?extérieur dont le rythme oscille entre de pesantes déceptions et de petits ou grands bonheurs qui poussent à l?optimisme.

  • Écrivain en mal d'inspiration, Jérémy Delcourt, la trentaine, se retrouve sur les bords du lac de Montriond, dans un chalet de montagne prêté par son éditeur. Sa vie amoureuse n'est pas une réussite et il a tendance à se réfugier dans les bras de son meilleur ennemi, l'alcool, ce qui ne l'aide pas pour écrire. Une nuit d'orage, une magnifique créature apparaît devant la baie vitrée du salon. À partir de ce jour, sa vie va être bouleversée.

  • À mi-chemin entre fiction et réalité.

    Véronique est professeur d'histoire à Paris. Elle aime la vie, la culture, l'art. Née après la Seconde Guerre mondiale, de confession juive, elle ne cesse de s'interroger sur la Shoah et l'antisémitisme. Aussi, quand survient la tuerie de Toulouse en Mars 2012, c'en est trop. Elle ne se sent plus en sécurité en France, ce pays qu'elle aime mais qu'elle ne reconnait plus. Elle décide donc de partir et d'aller vivre à Amsterdam qu'elle qualifie de « havre de paix ». Arrivera-t-elle à faire mentir la légende de Samarcande qui prétend qu'on ne peut échapper à son destin ?

empty