Arts et spectacles

  • Le désastre de Pavie, cest loccasion inespérée pour un romancier de raconter une histoire vraie qui est en soi totalement romanesque.
    D'entrée, les personnages sont campés : un beau roi, séducteur, dont lappétit de vivre na dégal que lambition dêtre le prince des Arts et des Lettres, fasciné quil est par la Renaissance italienne quil vient de découvrir de lautre côté des Alpes ; en face, un personnage sombre, ombrageux, obsédé par son salut au point, dans quelques années, de renoncer à son formidable trône et pouvoir sur lAllemagne, lAutriche, les Flandres, lEspagne et le Nouveau Monde, puis se retirer dans un couvent et y vivre de macérations.
    Entre la superbe et laustérité, la bataille de Pavie en décidera autrement, le roi de France sera vaincu, emprisonné à Madrid, devra jurer la paix puis se parjurer, une fois libéré.
    Giono na pas à forcer son talent pour narrer cet incroyable scénario.

  • Jean Giono a constamment entretenu des relations paradoxales avec le cinéma. Il s'est montré tour à tour attiré et repoussé par la pratique cinématographique. Il a toujours affirmé la supériorité du jeu des mots sur celui des images et des sons pour aller au fond de tous les secrets, mais il consacrera cependant beaucoup de temps à ce cinéma dont il se demande sans cesse s'il s'agit bien d'un art. Méconnue des cinéphiles et souvent considérée comme une dispersion négligeable par les admirateurs du romancier, l'oeuvre cinématographique de Giono se révèle l'une des plus diverses et des plus abondantes qu'ait donnée un écrivain de son importance et d'une génération contemporaine de la naissance du cinéma. Ce premier volume d'Oeuvres cinématographiques permet de suivre dans les faits l'évolution du regard de Giono sur le cinéma au cours de la période 1938-1959. Qu'il adapte en 1942 son propre roman, Le Chant du monde (adaptation sans commune mesure avec le film qui sera finalement tiré du roman en 1965), qu'il donne des variations cinématographiques de sujets qui occupent certains de ses romans avec Le Foulard de Smyrne et La Duchesse, ou qu'il laisse éclater à la faveur d'un projet de série télévisée la veine fantastique sous-jacente dans toute son oeuvre, Giono refuse d'être un écrivain de cinéma. Il veut faire oeuvre de cinéaste à part entière. La plupart de ces scénarios ne furent jamais tournés et cette suite de rendez-vous manqués entre Giono et le cinéma ne peut que faire regretter au cinéphile comme à l'admirateur de l'écrivain l'échec partiel de la rencontre entre un des plus grands narrateurs de langue française et ce nouvel outil de récit. Les textes en majeure partie inédits réunis dans ce livre offrent un nouveau champ à explorer pour une meilleure connaissance de l'art et de l'imaginaire de Giono. Ils devraient également permettre de vérifier l'intuition de François Truffaut qui écrivait en 1958, à propos de L'Eau vive : «Giono est l'écrivain qui pourrait apporter le plus au cinéma.»

empty