Dorothy Allison

  • Un ouvrage inédit de l'autrice du formidable recueil intitulé «Peau». Dans ce court texte éloquent et poignant, Dorothy Allison revient sur son enfance marquée par un climat de violence en Caroline du Sud, mais surtout sur les femmes qui l'ont entourée et guidée dans sa trajectoire, elle qui fut la première femme de sa famille à rejoindre l'université. Illustré de photos de la famille de Dorothy Allison, cet ouvrage rappelle la démarche d'Annie Ernaux dans «Retour à Yvetot» et souligne à quel point les petites histoires d'une génération contribuent à créer une légende pour les suivantes.

  • Dans ce recueil de 24 essais, Dorothy Allison raconte son enfance, son engagement féministe, sa sexualité et les «Sex Wars» des années 1980. Elle y aborde notamment les thèmes de l'inceste et de la lesbophobie, et partage ses réflexions sur la littérature : comment écrire l'extrême misère sociale, comment écrire sur le sexe ? Un livre tout à la fois intime, décapant et profondément politique. Cette réédition propose l'intégralité du recueil de Dorothy Allison, soit 7 textes inédits en français.

  • En Caroline du Sud, les étés sont étouffants. Les soirées se passent sur la véranda, à boire du thé glacé et à raconter des histoires. Ruth Anne Boatwright, surnommée Bone par sa famille et estampillée « bâtarde » par le comté de Greenville, se souvient. Elle revoit sa grand-mère édentée, impertinente, ses tantes farouches, usées par leurs grossesses, ses oncles violents, ivrognes pris au piège de leur misère. Elle se souvient de l'amour qu'elle portait à sa mère et de la haine grandissante qu'elle éprouvait pour son beau-père. Elle se souvient et elle raconte, avec une brutale sincérité, les aspirations d'une petite fille, la violence insoutenable, l'amour obstiné. Ce premier roman largement autobiographique, écrit pour exorciser cette enfance brûlée, a été finaliste pour le National Book Award en 1992.
    « Dorothy Allison sonne le retour de la littérature sociale aux États-Unis. Elle est devenue l'écrivain de l'Autre Amérique : celle des Blancs déshérités qui n'ont aucun espoir, aucune croyance, aucun avenir. Avec une force incroyable, Dorothy Allison décrit ce vide et cette violence. »Bernard Géniès, Le Nouvel Observateur

    Ajouter au panier
    En stock
  • Trash Nouv.

  • Retour à Cayro

    Dorothy Allison

    • Belfond
    • 2 Juin 2016

    Aux États-Unis, dans les années 1990 Delia Byrd a fui un mari violent et dangereux pour suivre Randall Pritchard et son groupe de rock, abandonnant du même coup ses deux petites filles, Amanda et Dede.
    Dix ans ont passé, mais ni le succès, ni les frissons de la scène, ni la naissance de Cissy, sa troisième fille, n'ont réussi à guérir ses blessures ou à apaiser sa culpabilité. L'alcool l'a presque détruite et l'amour l'a déçue une seconde fois.
    Quand Randall meurt dans un accident de moto, Delia décide de quitter la Californie et de rentrer chez elle, en Géorgie. Sa vieille voiture chargée de tout ce qu'elle possède, une Cissy murée dans un silence hostile à l'arrière, elle traverse d'une traite le pays, persuadée que son salut passe par un retour à Cayro, sa ville natale. Récupérer ses filles deviendra son obsession, plus forte que la haine que lui voue Cissy, que la rancoeur de Dede et d'Amanda, que la dureté des habitants de Cayro, des gens du Sud, austères et pétris de religion, déterminés à lui faire payer sa rédemption au prix fort.

  • Bastard Out of Carolina, nominated for the 1992 National Book Award for fiction, introduced Dorothy Allison as one of the most passionate and gifted writers of her generation. Now, in Two or Three Things I Know for Sure, she takes a probing look at her family's history to give us a lyrical, complex memoir that explores how the gossip of one generation can become legends for the next.

    Illustrated with photographs from the author's personal collection, Two or Three Things I Know for Sure tells the story of the Gibson women -- sisters, cousins, daughters, and aunts -- and the men who loved them, often abused them, and, nonetheless, shared their destinies. With luminous clarity, Allison explores how desire surprises and what power feels like to a young girl as she confronts abuse.

    As always, Dorothy Allison is provocative, confrontational, and brutally honest. Two or Three Things I Know for Sure, steeped in the hard-won wisdom of experience, expresses the strength of her unique vision with beauty and eloquence.

  • En Caroline du Sud, les étés sont étouffants. Les soirées se passent sur la véranda, à boire du thé glacé et à raconter des histoires. Ruth Anne Boatwright, surnommée Bone par sa famille et estampillée « bâtarde » par le comté de Greenville, se souvient. Elle revoit sa grand-mère édentée, impertinente, ses tantes farouches, usées par leurs grossesses, ses oncles violents, ivrognes pris au piège de leur misère. Elle se souvient de l'amour qu'elle portait à sa mère et de la haine grandissante qu'elle éprouvait pour son beau-père. Elle se souvient et elle raconte, avec une brutale sincérité, les aspirations d'une petite fille, la violence insoutenable, l'amour obstiné. Ce premier roman largement autobiographique, écrit pour exorciser cette enfance brûlée, a été finaliste pour le National Book Award en 1992.

empty