Krakoen

  • Lily Verdine n'a pas la frite depuis l'affaire de la Croisière jaune. Son toubib lui conseille de soigner sa déprime en changeant de décor. « Pourquoi pas dans le patelin provençal de mon adolescence avec pour seul programme une convalescence paisible », songe-t-elle.
    Convalescence paisible, tu parles ! : à une encablure de son auberge, un incendie attisé par un mistral à renverser des couleuvres ravage l'usine d'une vieille connaissance. Comme on retrouve dans les décombres le cadavre du vieux gardien, notre détective privée ne peut s'empêcher d'aller y fourrer son nez. Elle a tôt fait de renifler une escroquerie à l'assurance commise par le patron. Mais les flics alpaguent rapidement le coupable idéal, un ouvrier rebelle qui clame sa haine des exploiteurs.
    Lily revigorée par l'action sillonnera la Provence en tout sens, de l'arrière pays à Marseille, pour démêler ce sac de noeuds qui pue la sueur et la mort.

  • Coup de foehn

    Franck Membribe

    Sarah se sent comme un têtard au fond d'un bocal. De regarder le monde à travers une paroi de verre, elle n'en peut plus ! Sa mère l'étouffe. Un séjour linguistique dans le canton de Zurich lui offre une délivrance. La voici propulsée au sein de la toute puissante famille Gründlich. En fait de bouffée d'oxygène, elle respire le foehn, ce vent helvétique qui rend fou et qui viendra déloger le fantôme de son aïeul disparu en 1943. Aidée de Johann, journaliste local à la jambe raide, dont elle s'éprend furieusement, elle lèvera le voile sur l'un des épisodes des plus sinistres de l'histoire suisse : la neutralité bienveillante et lucrative envers les Nazis.

  • Morsaline

    Hervé Sard

    • Krakoen
    • 23 Mars 2010

    Kerande, côte atlantique, été 2009. Les touristes se bousculent dans la petite cité médiévale, inconscients du drame qui se joue à quelques pas de là. Deux morts par balle. Deux « clients » plus ou moins forcés d'une très chic et très discrète clinique psychiatrique. Les gendarmes enterrent vite le dossier, avec la bénédiction du Parquet de Nantes : un fils à papa trop médiatique compte au nombre des tués. Folie meurtrière confirmera à son tour - bien malgré lui - le commissaire Czerny. Car il le sent : un fou peut en cacher un autre ; et la tuerie n'est pas finie. Czerny parviendra-t-il à démêler le vrai du faux ? La vie lui a appris à se méfier des coupables livrés sur un plateau. Surtout lorsque les coupables en question sont derrière les barreaux.

  • Dans le dédale de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, Vera une jeune Roumaine se cache pour échapper au mac qui veut lui faire découvrir les trottoirs de Paris. Au même moment, Mateo Montesinos, jeune flic marseillais muté à la capitale, et son collègue corse Bati s'intéressent à un copieux détournement de fonds : les comptes du comité d'entreprise d'une compagnie aérienne ont été vidés par des individus peu scrupuleux. Les investigations de Mateo et Bati dérangent. Plus l'enquête avance, plus elle recule. Et ce n'est pas un effet d'optique.
    Même si l'intrigue d'Entourlooping est une pure fiction, ce roman est inspiré de faits réels survenus dans les années quatre-vingt-dix au sein du Comité central d'entreprise d'Air France : l'achat à des tarifs exorbitants de semaines de vacances en time-share. Ces bizarreries cachaient des détournements de fonds qui, une fois découverts, n'ont jamais été jugés, malgré plusieurs enquêtes de police.

  • Le Polar est aujourd'hui le genre le plus vendu et le plus lu en France ! Il n'en fut pas toujours ainsi car dès sa naissance, ce genre issu du roman populaire, a rassemblé contre lui de nombreuses voix. Lecteur éclectique et boulimique dès l'âge de dix ans, devenu critique littéraire au début des années 1980, j'ai pu, à mon tour, défendre ce genre littéraire selon l'aphorisme bien connu : « Il n'y a pas de mauvais genres, il n'y a que de mauvais écrivains ».
    En trente ans, en dehors d'une quinzaine d'ouvrages allant d'une Souris noire d'une douzaine de pages à un dictionnaire mondial du genre qui en compte 2 200, j'ai publié des kilomètres d'articles sur ce genre que nous sommes nombreux à aimer. Compte tenu de tous ces nouveaux lecteurs qui découvrent chaque jour cette littérature, j'ai pensé qu'une sélection de mes articles pourrait les intéresser. J'ai prévu trois volumes.
    Voici le premier.

  • Un beau jour sur une petite île, un type est débarqué d'un hélico avec une oreille en moins, et un petit trou en plus dans la tempe. Sur le point de trépasser, on le ranime avec toutes sortes de petits cailloux blancs aiguisés comme les dents des requins du même métal. Doucement, avec plus ou moins de tact, on ressuscite sa surprenante réalité. Entre flash-back émoussés et thérapies de pointe, notre homme, ex professeur de lettres, va revivre, dans tous les sens du terme, le parcours de son existence rocambolesque. Aussi le voyage autour du monde de ce drôle de zigoto est-il à cataloguer dans le registre : pertes et fracas...
    Après Villa confusione, José Noce nous entraîne à nouveau dans son imaginaire débridé.

  • Dans la forêt à côté de la cité où vivent Maëlys et ses copains, des Roms ont construit des cabanes. Qui sont-ils ? Pourquoi vivent-ils dans les bois ? Sont-ils coupables de tous les méfaits dont les habitants du quartier les accusent ? A partir de faits réels, Antoine Blocier raconte l'amitié d'un groupe de petits banlieusards pour des enfants roms. Entre la haine, l'exclusion, la compassion et la solidarité, il oblige ses jeunes lecteurs à dépasser leurs préjugés pour s'interroger sur leurs propres sentiments. Plébiscitée par de nombreux collégiens, la première aventure de Maelys a été sélectionnée pour plusieurs prix jeunesse et a connu une suite, Maëlys et le joueur d'échecs, consacrée aux sans-papiers et à l'immigration clandestine.

  • Ambiance mortifère à l'hôpital Saint-Cyrille. Quand on y meurt, en général c'est dans un lit. Aussi la découverte d'un cadre hospitalier gisant sous son bureau le crâne fracassé inaugure-t-elle une manière inédite de passer de vie à trépas dans l'établissement. Pour quelles raisons Soline Porpiglia a-t-elle été assassinée ? N'avait-elle pas la fâcheuse habitude de fourrer son joli nez dans des endroits empestant davantage la magouille que l'éther ? Ou serait-ce le crime d'un prétendant éconduit, trop longtemps martyrisé par cette belle allumeuse ? A force d'explorer des hypothèses hasardeuses, d'emprunter des pistes sans issue, Marc Perrin, flic de la Crim, s'arrache les cheveux et commence à flairer un coup fourré. Il ne va pas être déçu. Et si la réponse à ses interrogations n'était pas celle qu'il attendait ?

  • Mort en sauce

    Zolma

    • Krakoen
    • 1 Février 2008

    René Maggiore est désappointé, les ventes de sa tambouille en boîte sont en chute libre. Entouré d'une cour de cadres désabusés et de petits chefs serviles, ce chef d'entreprise autocrate est trop empêtré dans ses certitudes pour redresser la situation. L'embauche d'un jeune cadre dynamique va-t-elle sortir la société du marasme et lui rendre son rang de leader de la conserve discount ? Las, le sort s'acharne car le nouvel arrivant va se trouver confronté à des microbes opiniâtres et dangereux. Des microbes déterminés, combatifs, qui philosophent et se divisent pour mieux attaquer.
    Absurde ? Détrompez-vous, derrière la fable savoureuse et hilarante se cache en réalité un pamphlet corrosif et jubilatoire.
    Lorsque des bactéries pathogènes viennent contrarier l'accumulation du profit, deux mondes vont s'affronter avec leurs armes respectives. Zolma braque son projecteur. Truculent et subversif.

  • Lupanar ou maison de fous, le relais-château s'est transformé en cour du roi Pétaud. Une baronne y fricote avec un parrain mafieux et, sous les ors des salons, les pires filous sont en colloque. Tandis que le CRAC 40 y affronte les apparatchiks d'une nouvelle nomenklatura de la Kalachnikov, des barbouzes grenouillent en cuisine. Tout ce petit monde vibrionne et se flingue allègrement. Les talents improbables d'une aveugle frigide suffiront-ils à sauver le moins barge du lot ? Et que penser de ces pieds nickelés qui mano euvrent si étrangement en sous main ? Dans cette galerie de personnages, y en a t-il un seul qui mérite vraiment de découvrir le trésor enfoui de Staline ? Au fait, que vient donc faire le "petit père des peuples" dans ce polar loufoque ?

  • Miss Lily-Ann, marque branchée de vêtements pour femme, est le fleuron d'une vieille entreprise textile du nord de la France. Menée de main de maitre par Liliane Barré, la société intéresse des investisseurs japonais, mais les actionnaires ne veulent pas en entendre parler. Plutôt mourir que de céder à l'envahisseur asiatique ! Justement la police trouve qu'on meurt beaucoup dans les environs. A qui profitent les crimes ? Aux investisseurs japonais soupçonnés de tous les maux ou à la directrice de l'entreprise ? Dynamique, charismatique et ambitieuse, Liliane Barré est le suspect idéal. A moins qu'elle ne devienne une cible à son tour.

  • En 2012, un Bangladais de 11 ans, sans-papiers, est devenu champion de France d'échecs. Antoine Blocier, auteur de polars engagé, s'est inspiré de son histoire pour écrire Maëlys et le joueur d'échecs. Ce livre original est né de la collaboration entre l'auteur et les élèves d'un collège de Bretagne, huit groupes de collégiens qui ont mis leur imagination en commun pour raconter le périple d'Iqbal, jeune garçon qui a fui son pays pour venir clandestinement en France en compagnie de son père. Comme dans la première aventure de Maëlys et de ses camarades (Ceux des caravanes), Antoine Blocier pousse ses jeunes lecteurs à s'interroger et à s'intéresser aux sujets de société. Après les Roms, les sans-papiers et immigrés clandestins sont au centre de la nouvelle aventure de Maëlys.

  • Nirvana transfert

    Marie Vindy

    Dijon, Hôtel de Police. Après de longs mois de congés forcés, le commandant Simon Carrière est affecté à la brigade des mineurs. Par défi, il s'investit dans une enquête sur des viols remontant à une quinzaine d'années. La victime ? Un ancien toxicomane, dénommé Warren Stoll, qui voue une admiration sans borne à Kurt Cobain, le chanteur mythique du groupe Nirvana. Si les faits ont disparu de sa mémoire, en revanche d'horribles cauchemars hantent son sommeil. De surcroît, des lettres anonymes viennent raviver son passé. Qui remue ces souvenirs? Incapable de faire face, Warren replonge dans la déprime et la dope. L'auteur des lettres en sait visiblement plus long sur la victime que la victime elle-même ; Carrière contacte alors son amie, la criminologue Marie-Shan Li. Explorant la vie de Warren, les deux enquêteurs se rendent à l'évidence : c'est bien au présent que se décline cette ténébreuse affaire.
    Après le palpitant Le Sceau de l'ombre, Marie Vindy lance le commandant Simon Carrière dans une sombre affaire de pédophilie. Rien ne lui sera épargné une nouvelle fois...

  • Contempler son portrait accroché au mur, c'est sympathique, à moins qu'on y reconnaisse sa propre peau. Un artiste fou, adepte de la peinture au couteau, est à l'oeuvre pour extraire les sucs et la lumière si chère aux Impressionnistes. Deux étages à gravir et la toile prend vie, le temps que Karène H, la cinquantaine lumineuse et les yeux joliment bridés, vêtue d'un kimono rouge fourré d'astrakan, tienne la pose... Au fil des jours s'afficheront les visages des passants musardant dans le quartier des Brocantueurs où s'activent Marie-Antoinette, généreusement prostituée, et autres malfrats de petite envergure. Des têtes fraîchement coupées y trônent aux vitrines, entre deux chandeliers Napoléon III, tandis que Claude Monet et Paul Claudel conversent au sujet des saisons qui passent et de la neige qui tombe.
    Chaque mot de Claude Soloy fait mouche. Mortel !

  • Des victimes sans défense, sans adresse, sans famille, sans attache... Autant dire des cibles rêvées pour un serial killer cruel et cynique... Un tueur énigmatique trucide les SDF qui campent sur le quai du canal Saint-Martin, reproduisant des rites barbares relatés par le professeur Samuel Goldberg dans son traité d'anthropologie. Étrange professeur que son destin a mené vers l'anonymat et la clochardisation. Talula, naufragée volontaire du quai de Valmy, se lance sur la piste du meurtrier avec l'aide du Minotaure, un ancien flic de choc reconverti dans le privé. Sur fond de recherches anthropologiques, s'entrechoquent passé et présent, ascendants et fratrie dans un tourbillon de violence et de haine.
    Au fil de cette fiction très noire, Antoine Blocier expose le quotidien des exclus, leurs difficultés à survivre dans une société du chacun pour soi.

  • Le valet de coeur

    Paul Colize

    Antoine Lagarde est un homme comblé. Rien ne manque à sa réussite : financière, professionnelle, sexuelle, paternelle et familiale. Son fils adore papa, ce héros au coeur fidèle. Ses associés le vénèrent. Ses innombrables conquêtes féminines succombent à son charme. De surcroît, Antoine est un fils attentionné qui effectue des visites régulières chez son père, ingénieur retraité et hypocondriaque compulsif. Jusqu'ici, rien ne paraît devoir troubler son existence. Sauf qu'un beau jour, il retrouve papa Lagarde assassiné ! Tout bascule ! Une mystérieuse annotation sur une carte à jouer, un valet, va mettre Antoine sur une piste qui le mènera en enfer...
    Voici le premier volume de la trilogie Antoine Lagarde qui précède " Le Baiser de l'ombre " dont les amateurs de bons polars ont fait le succès.

  • Sextoy made in China

    Jan Thirion

    • Krakoen
    • 15 Septembre 2010

    La visite du président chinois en France risque de tourner au cauchemar. Des terroristes menacent de faire sauter Paris. Pour la baroudeuse et talentueuse Fayrouz Jasmin, journaliste d'investigation de profession, ce climat d'insécurité à grande échelle, c'est la routine. Comme à son habitude, elle est prête à couvrir l'événement en prenant tous les risques. Son seul credo, c'est l'info, toujours l'info. Sauf que cette fois, elle va tomber sur un os, et cet os aura tout l'air d'un vibromasseur capable, à lui seul, de changer le cours de l'histoire. Entre Empire Céleste et septième ciel, il n'y a qu'un bond que Fayrouz devra effectuer si elle veut démêler à temps cet imbroglio érotico-politique international.
    Dans ce récit allègre digne de Donald Westlake, Jan Thirion nous brosse le portrait savoureux d'une Rouletabille contemporaine, à l'heure d'Internet et du sexe artificiel.

empty