Bob Maloubier

  • Printemps 1943 : s'ils veulent gagner la guerre, les Alliés doivent débarquer en Normandie. Pour en éloigner les Allemands et protéger le secret du jour J, l'opération d'intoxication « Fortitude » est conçue. Un brain-trust de l'Intelligence Service l'élabore à l'aide de leurres, d'espions retournés et d'agents doubles ou triples. Un meneur de jeu : Churchill. Un homme berné : Hitler.
    Acteur et témoin du D-Day, Bob Maloubier, agent du Special Operations Executive, relate une rocambolesque opération de désinformation et fait revivre les approches, les arnaques et les retournements qui vont faire d'un débarquement, de prime abord impossible, un triomphe !

  • Tout le monde a en tête l'image de Winston Churchill qui fait le V de la victoire en juin 1940. Mais qui connaît l'autre facette du personnage, le Mister Hyde et sa politique de coups tordus ?
    Où qu'il se trouve, Churchill s'inspire de ce qu'il voit pour l'adapter à ses besoins et à ceux de l'Histoire. De Cuba, il rapporte les méthodes de la guérilla. De la défaite des Dardanelles, il apprend comment faire de l'intox une arme de prédilection. Pour tromper les nazis, il a l'idée de larguer au sud de l'Espagne le corps d'un soldat anglais, alors qu'un débarquement est planifié en Sicile. Autant de ruses mises en oeuvre par son bras armé, l'Intelligence Service, puis par le SOE, officine de services secrets à sa dévotion.

  • "Dans les années 1990, Paris Match m'ayant suggéré de rédiger un article sur Orly Airport, je m'y suis rendu pour me documenter. Le Service des archives d'ADP a été très coopératif. Il m'a ouvert ses dossiers, a même mis un coin de bureau à ma disposition. J'ai pris contact avec les « familles » composant le milieu : police, douane, personnel aérien, milieu médical, commerces, marginaux, clodos, putes et balayeuses de toutes couleurs hantant les halls déserts à 3 heures du matin. J'ai parcouru le périmètre, depuis ses catacombes jusqu'à sa morgue ; j'ai fouillé les archives des communes environnantes, de Paris et de la Bibliothèque nationale ; j'ai traîné à Orly sporadiquement pendant... deux ans. Je n'ai pas écrit d'article pour Paris Match, qui s'est lassé. Un jour, sous forme de manuscrit, Orlywood a reçu le Prix du livre de l'aéronautique !" Orlywood, une saga d'aventures, d'espionnage, de terrorisme, voire un polar - mais sans une once de fiction... un regard nouveau et décalé sur le plus mythique des aéroports français !

  • Agent secret pendant la guerre, saboteur, père des nageurs de combat français, forestier et pétrolier en Afrique, Robert, dit « Bob », Maloubier a traversé le XXe siècle comme un aventurier. Robert Maloubier s'engage à l'âge de 18 ans au sein du Special Operations Executive (SOE), créé par Winston Churchill, en juillet 1940. Sa mission : effectuer les sabotages et opérations spéciales contre les troupes allemandes en France occupée. Avec plein d'émotion et de verve, Bob Maloubier nous raconte aujourd'hui ses deux années épiques : l'exode, les combats, les prisons allemandes, son évasion de Bizerte envahi par l'Afrika Korps. « La guerre, pour moi, c'était les plus belles années de ma vie, simplement parce que j'en suis sorti vivant. » Plongé dans le quotidien de ces combattants de l'ombre, où se mêlent coups tordus et héroïsme, on pourrait croire à un roman. C'est pourtant l'histoire vraie d'un héros de la guerre, l'un des deux derniers survivants du SOE.

  • Bob Maloubier a traversé le XXe siècle comme un aventurier. En guerre chaude, agent de Churchill, il a sauté les frontières en vélo ou en parachute : France, Afrique du Nord. Il a dynamité en Normandie, harcelé les Nazis, poursuivi la victoire en Extrême-Orient. Il a développé les Forces spéciales françaises balbutiantes, a formé des espions, des nageurs de combat, manqué des coups de la Main Rouge, recruté des voyous. Retiré des affaires, le voici au chevet d'un président africain renversé, mêlé à la guerre du Biafra, esquivant celle du Liban, pour glisser dans l'or noir du Moyen-Orient où tout se fourgue : pétrole, avions, armes... Enfin la vraie retraite, livres, films, dont l'un avec Jean-Luc Godard, et des clins d'oeil d'expert sur des rouages méconnus de l'opération du Rainbow Warrior ou de la sordide affaire Elf. On ne quitte jamais vraiment les services secrets. Bob Maloubier, 90 ans, fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret français du Special Operations Executive (Soe). Parachuté clandestinement deux fois en France occupée, comme saboteur dans la région de Rouen au deuxième semestre 1943, ayant rejoint la Force 136, il fut parachuté au Laos en aout 1945. Après la guerre, il fut agent du SDECE (service de documentation extérieur et de contre-espionnage), participa à la création des premières unités de nageurs de combat et travailla en Afrique pour des compagnies pétrolières.

  • Claude Dansey : le plus influent des espions britanniques du XXème siècle, le plus méconnu aussi. Personnalité à la fois mystérieuse et controversée, l'homme a tout fait pour laisser le minimum de traces derrière lui, secret oblige.

    Radié de l'école militaire dès 17 ans pour « corydonisme » (homosexualité), il est exilé en Afrique du Sud où il participe à la guerre des Boers et rencontre un jeune ambitieux destiné à connaître la gloire : Winston Churchill. Sur le champ de bataille, Dansey fait merveille, à la fois élégant et fin tacticien. Le recours à une chaussette pour étrangler ses adversaires lui vaudra le surnom de Dansey-la-Chaussette. Puis viendront les voyages en Afrique, l'essor de l'Intelligence Service, dont il devient directeur adjoint, le retour à Londres, la naissance de l'énigmatique SOE et la construction méticuleuse de réseaux puissants, la fortune dans les affaires puis la ruine, et enfin le retour définitif aux services secrets.

    Cette existence d'une richesse inouïe est pour la première fois mise en perspective. Si Dansey a vécu à l'ombre de la gloire, toute sa vie se sera réalisée à la lumière de l'Histoire, brillamment contée ici par l'ancien résistant Bob Maloubier.

  • Agent secret de Churchill pendant la guerre, saboteur, père des nageurs de combat français, forestier et pétrolier en Afrique, acteur du dernier film de Jean-Luc Godard : Robert, dit "Bob", Maloubier, 87 ans, a traversé le XXe siècle comme un aventurier.
    Bob Maloubier, c'est aussi une gueule. Une "grande gueule", glissent ses rares détracteurs. Moustache blanche façon major des Indes, oeil pétillant, blazer bleu marine avec le blason du Special Boat Service (nageurs de combat britanniques) dont il est breveté, insigne des nageurs de combat français au cou. Il nous raconte aujourd'hui ses deux années épiques passées au sein de la section française du Special Operations Executive (SOE), créé par Winston Churchill en juillet 1940, pour effectuer les sabotages et opérations spéciales contre les troupes allemandes en France occupée.
    Engagé dans le SOE à 19 ans, il a vécu l'Exode, les blessures, les prisons allemandes, une évasion de Bizerte envahi par l'Afrika Korps, l'assassinat de l'amiral Darlan par son ancien camarade de lycée Fernand Bonnier de la Chapelle... Il quitte l'armée britannique avec le grade de capitaine et la prestigieuse décoration Distinguished Service Order, accordée seulement à une soixantaine de Français pendant la guerre.
    Avec plein d'émotion, de verve et de faconde, il nous plonge ainsi dans le bain de l'époque, où coups tordus et héroïsme se mêlent, et dans la peau de ces combattants de l'ombre. On pourrait croire à un roman. C'est pourtant l'histoire vraie d'un héros de la guerre, l'un des deux derniers survivants du SOE.

empty