André Masson

  • Sur le plateau d´une île règne une fragile harmonie dans un village isolé. L´arrivée d´un puissant cyclone confronte ses habitants à une nature indifférente et dévorante. Survivre tient du hasard, de la chance ou de l´exploit. Mais qu´en sera-t-il après la tempête ? Les passions sauront-elles s´apaiser ? Ou au contraire est-ce que le cataclysme s´invitera dans les âmes en réveillant en l´homme sa soif de destruction ? Dans une langue virevoltante, André Masson crée un monde qu´il regarde s´effondrer.
    Décrivant le déchaînement des éléments grâce à une écriture saisissante, l´auteur emmène le lecteur assister au combat acharné de l´homme à sa propre survie. Ici, la nature se révèle une menace quand les hommes pensent qu´ils la dominent et non composent avec elle. Cependant un danger plus grand couve en dedans, car du ressentiment à la haine, les passions mauvaises ont la violence des tornades.

  • André Masson est né à Balagny-sur-Thérain le 4 janvier 1896 et décédé à Paris le 28 octobre 1987.

    « Au nom de quelles tables, de quelles éthiques, m'abstenir de peindre les signes certains de la vie :
    Ce qui est fécondé et ce qui est dévoré ; de magnifier, parallèlement, le mouvement le plus humble et le geste le plus rare, la violence et l'exquisité, et de donner au quotidien le reflet de l'insolite ? » Événement :
    André Masson, Céret, musée d'Art moderne, du 22 juin au 27 septembre 2019

  • On l'a appelé « l'homme-plume » lors de sa première exposition de dessins, en 1924. C'est le poète Georges Limbour qui l'avait ainsi baptisé en souvenir de Paolo di Dono, surnommé « l'oiseau », et aussi à cause des beaux oiseaux qui peuplaient certaines de ses oeuvres. L'homme-plume s'est envolé en 1987, à l'âge de 93 ans. Ce fut l'un des artistes les plus cultivés de sa génération. Fin connaisseur de poésie, de musique et d'art, intarrissable sur l'art des grands maîtres du passé, il portait un regard curieux et amical sur d'innombrables sujets et sa conversation, où perçaient la générosité et la bonté, était des plus enrichaissantes. À lire cette anthologie, on mesurera l'étendue du savoir d'André Masson. On en retiendra surtout les tensions : en deçà comme au-delà du surréalisme, l'artiste se cherche à travers l'histoire d'une culture. Son parcours se situe dans les contradictions mêmes de l'humanisme contemporain et atteste de son statut d'artiste.

  • Au-delà des clivages idéologiques, André Masson éclaire, en tant qu'économiste, les enjeux des réformes à mener dans notre pays confronté au vieillissement et analyse les perspectives d'avenir de notre État providence.
    Faut-il envisager les rapports entre générations en termes de lutte ou de coopération ? Quelles sont les motivations des transmissions patrimoniales au sein des familles ? L'État providence doit-il axer ses priorités sur le début ou la fin de la vie, sur l'éducation ou sur la retraite ?
    Cet ouvrage consacré à l'économie du lien intergénérationnel en donne une vue d'ensemble selon trois volets : l'État, la famille, les interactions entre famille et État. Les politiques doivent-elles renforcer le lien intergénérationnel, en faisant par exemple en sorte que des retraites élevées contribuent à la réussite des jeunes en difficulté ? Ou, au contraire, dénoncer les dérives que connaîtrait un pacte générationnel de l'après-guerre mal adapté aux évolutions actuelles, quitte à privilégier d'autres logiques sociales, fondées soit sur la liberté et la responsabilité des individus, soit sur l'égalité citoyenne ?
    Ces questions départagent clairement les discours actuels sur le social, qui semblent se cliver autour de trois pensées antagonistes de l'État-providence que l'on qualifiera de pensées du "libre agent", "multi-solidaire", et de "l'égalité citoyenne". Chacune a des implications précises sur les modalités de l'intervention publique, mais s'accommode de sensibilités fort diverses, sur l'échiquier politique ou vis-à-vis du féminisme notamment.
    Cette approche économique conduit à une meilleure compréhension des enjeux que soulève la crise de l'État-providence dans nos pays développés.

  • Hanoï pendant la période héroïque (1873-1888) / André Masson,... ; préface de M. Paul Boudet,...
    Date de l'édition originale : 1929 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Nous vieillissons. Nos sociétés vieillissent. Nous vivons vieux, de plus en plus vieux. En 2040, 30 % de la population française aura plus de 60 ans, 15 % plus de 75. Combiné au poids d'un patrimoine de plus en plus concentré, ce déséquilibre inédit place nos sociétés entre guerre et paix, justifiant une dépendance nouvelle des uns aux autres dans notre existence, qu'il s'agisse de son vécu ou du financement de ses besoins. Nos sociétés peuvent-elles se renouveler et étendre leur solidarité ou sont-elles condamnées à une longue série de difficultés, de tensions et de conflits ? C'est à cette question que se confronte André Masson pour dessiner une perspective plus coopérative et inclusive entre individus comme entre générations. Il convoque pour ce faire des éléments philosophiques, sociologiques, juridiques et économiques. Cette analyse globale et instruite le conduit à proposer un ensemble de mesures concrètes et remarquablement cohérentes pour tisser de nouvelles solidarités des jeunes aux vieux et des vieux aux jeunes. Inciter à investir, soutenir, plutôt que punir ; donner à chacun les moyens d'une liberté vécue. Telles sont les perspectives d'une paix vigilante et exigeante dans lesquelles ce programme de réformes nous permettrait de nous inscrire, à l'envers de la guerre.

  • La crise a affecté les comportements de l'épargnant : les ménages français se sont montrés en moyenne plus " prudents ", désirant épargner davantage dans des placements plus sûrs et à plus long terme, et limiter parallèlement leurs investissements risqués.
    Comment expliquer ce changement ? Les Français se sont-ils simplement adaptés au nouvel environnement économique et aux évolutions perçues dans leur situation personnelle : baisse anticipée des ressources ou des rendements d'actifs, exposition au risque plus élevée, etc. ? Ou bien la crise a-t-elle modifié la " psyché " même des individus, à savoir ici les préférences de l'épargnant en matière de risque et vis-à-vis du futur : manifeste-t-il une plus grande " aversion au risque " qu'hier ? En termes d'horizon décisionnel, l'épargnant est-il moins obnubilé par les échéances de court terme et plus soucieux de son avenir ? Bref, ses préférences sont-elles soumises aux aléas de la conjoncture économique et financière ? A cette question centrale, notre étude répond par la négative, concluant ainsi à la stabilité d'ensemble des préférences de nos compatriotes à l'égard du risque et du temps pendant la crise de 2008.
    Contrairement à une antienne à la mode, ce résultat qui peut surprendre révèle un épargnant " stoïque " dans la tourmente, pas plus averse au risque qu'auparavant.

  • L'objectif principal de cet ouvrage est, à partir d'un questionnement multiforme, de proposer une méthode originale de mesure des préférences des épargnants français vis-à-vis du risque et du temps.
    Les enjeux soulevés sont nombreux. À quoi attribuer les inégalités de patrimoine : aux différences de goûts des individus ou au fonctionnement même des marchés? Peut-on " profiler " l'épargnant selon ses préférences, des têtes brûlées aux bons pères de famille, afin de mieux le conseiller dans sa gestion patrimoniale? Le Français est-il à ce point incompétent ou si peu informé pour préparer sa retraite qu'il faille au nom d'un paternalisme nouveau, " l'éduquer " financièrement à l'épargne? Autant de questions auxquelles ce livre tente d'apporter des réponses...

empty